QUEER

GAIES


A PROPOS CONTACT
NEWS DIVERTISSEMENT NOUVELLE - POEME PARTENAIRES ENTRE NOUS A PROPOS CONTACT

Nouvelle - Poème

Un amour perdu

Je me souviens de t’avoir rencontrée
du jour, où nos chemins se sont croisé.

...

Je me souviens du jour où j’ai compris
que tu avais une place dans ma vie.

...

Je me souviens de notre première nuit
où dans tes bras je me suis endormie.

...

Je me souviens d’avoir longtemps rêvé
Qu’un jour, mon amour serait partagé.

...

Je me souviens que c’est avec tes mots,
que je me suis effondrée en sanglots.

...

Et je me souviendrai pendant longtemps
de tes yeux bleus qui me fascinèrent tant.

Autopsie du Drama-Gouine post-rupture.

Tout le monde le sait, la plupart des ruptures lesbiennes se déroulent dans les insultes, les cris, les larmes, le summum du Drame avec un grand D. "La vie n'est qu'un théâtre et chacun y joue son rôle" comme le disait si bien Shakespeare.
Hier, votre petite amie vous a largué. Elle vous a expliqué que ça ne vient pas de vous, qu’elle n’est pas prête, que vous n’attendez pas les mêmes choses, que vous ne regardez pas dans la même direction…et blablabla…
Seulement il y a comme un hic, vous ne l’entendez pas de cette oreille ! Et la suite de l’histoire est plutôt cousue de fil blanc.

D’abord, il y aura le premier soir où vous serez suffisamment pompette pour avoir la bonne idée de l’appeler, de l’insulter en pleurant en lui vociférant des noms d’oiseau, le tout avec la goutte au nez.
Le lendemain, vous vous taperez la tête contre un mur en vous répétant que vous êtes une conne. La nuit portant conseil, dès votre réveil, vous finirez par vous excuser dans un long et larmoyant SMS.

Vous essayerez également d’évoquer de bons souvenirs, et pour cela, vous dormirez avec son pull qu’elle aura laissé chez vous. Vous lui enverrez une photo de vous en train de dormir avec celui-ci ou vous inonderez son portable de vos anciens selfies de vacances passée ensemble, « Regarde comme nous sommes belles, quel gâchis».
Dans quelques temps, vous regretterez tous cela…

A ce stade rien ne va plus, vous lui envoyez des sms, beaucoup (trop) de sms, mais heureusement vous avez Free, vous avez tout compris. Dans tous les styles, toutes les humeurs et sur tous les sujets :
- « J’ai bien réfléchi, tu avais raison, nous deux c’est mieux ainsi, nous sommes trop différentes»,
- « On ne peut pas finir ainsi, on a créé notre univers, on est faite pour avancer côte à côte. »,
- « T’es vraiment qu’une conne, me courir après, coucher avec moi et me plaquer comme une merde après toutes tes belles paroles… Tu ne me mérites vraiment pas… crève pourriture de communiste* » (*on a les références qu’on peut)
Dans le Drama-Gouine, il y a aussi la filature pour les plus « atteintes », vous l’attendrez sagement dans les bars à Goudou que vous fréquentiez et vous feindrez de vous retrouver là par hasard ! Vous rirez trop fort, vous aurez l’air trop euphorique, et vous passerez pour une désespérée devant ses copines, voire même devant sa nouvelle target. Nouvelle target que vous snoberez tant bien que mal, lui trouvant tous les défauts du monde, en la comparant aisément à un Picasso. Pire encore, vous ferez des détours de 50km pour passer devant chez elle, pour vérifier qu’elle est rentrée (seule), que la lumière est allumée, pour apercevoir une ombre, avoir l’illusion d’être près d’elle…

Si vous êtes dans la catégorie « particulièrement tordue », vous vous découvrirez une passion soudaine pour le christianisme, la magie noire, la sorcellerie vaudou, la voyance pour invoquer les dieux de sapho (ou de sa faute !) ou les saintes patronnes de la réconciliation lesbienne. Vous tricherez en tirant les tarots afin de mettre les esprits de votre côté… Ensuite, vous la supprimerez de Facebook, Twitter, Instagram....de votre vie virtuelle, pour mieux la sortir de votre réalité. Puis vous l’ajouterez à nouveau, pour finir par la re-bloquer en ne manquant pas d’espionner ses profils grâce au compte de vos copines en commun.

Si vous êtes fortement Drama, vous irez jusqu’à envoyer des SMS cochons, avec des photos de vous en train de vous asperger de champagne avec un commentaire digne d’un roman classé X, auquel (bien sûr) elle ne répondra pas… Donc, vous finirez par l’insulter (toujours par SMS) pour clore une conversation (ou plutôt un monologue) à laquelle elle ne répondra pas non plus. Mais un jour, ou une nuit, vous cesserez de pleurer trop, de crier trop, de manger trop, de fumer trop. Un beau jour ou peut-être une nuit, vous n’aurez plus mal et vous vous sentirez suffisamment bien avec vous-même pour y croire à nouveau.
Vous avez certainement déjà pensé que vous ne pardonnerez jamais, et vous avez pardonné. Le temps fait son œuvre, le chagrin passe et l’énergie recommence à couler dans vos veines. Vous êtes ouverte à de nouvelles rencontres.